• SilverFast - Quality Scanner and Digital Imaging Software made in Germany since 1986
Apprenez ici comment numériser vos diapositives afin d'obtenir des images numériques impressionnantes

Numériser des diapositives

Numériser des diapositives

Qui ne connaît pas ces boîtes à diapositives typiques grises, comportant jusqu'à deux plateaux de diapositives, pouvant chacun accueillir jusqu'à 50 diapositives ? L'avantage de ces boîtes à diapositives est qu'on peut les utiliser directement dans le projecteur pour un diaporama. Le diaporama est une idée tellement géniale qu'il a été intégré très tôt dans la plupart des programmes de travail d'image sur ordinateur. Même si vous n'avez jamais eu de diapositives entre vos mains, vous connaissez sûrement la fonction diaporama sur votre ordinateur. Avant que l'ordinateur ne s'impose à grande échelle, la projection de diapositives était la méthode la plus simple de partager ses photos avec d'autres personnes. Facebook, Instagram et autres réseaux sociaux n'étaient alors pas encore nés.

Introduction

Pourquoi la diapositive s’est-elle développée de manière si importante ? Pour sa diffusion, le fait qu’elle montre l’image en tant que positif et dans les couleurs exactes a surement joué un rôle important. Les diapositives peuvent être ainsi, contrairement aux négatifs, analysées et triées simplement sur une table lumineuse. De plus, les diapositives montrent de plus grands contrastes que les photos développées, c’est-à-dire les degrés entre le point le plus sombre et le point le plus lumineux. C’est pourquoi elles sont particulièrement adaptées à la projection et convainquent par leurs couleurs très naturelles et leur rendu en luminosité. Ce n’est pas un hasard si presque tous les ménages possédaient voire possèdent encore un projecteur à diapositives et une grande quantité de diapositives. Par chance, les diapositives sont moins sensibles à la lumière que les négatifs et les Kodachromes, de telle manière qu’elles sont plus adaptées à la projection.

Les diapositives tombent, dans le jargon de SilverFast, sous l’appellation «Matériaux transparents ». Le préfixe grec « Dia » et le préfixe « trans » signifient tous deux « à travers ». Visée est naturellement la lumière qui peut briller au travers des matériaux. Afin de numériser des diapositives ou d’autres matériaux transparents, il est nécessaire d’utiliser un scanner de films adapté ou un scanner à plat muni d’une unité de transillumination.

Il n’existe aujourd’hui (2018) que peu de fabricants qui produisent encore des films à diapositives. Le peu existant encore ont été cependant au cours du temps constamment développés et optimisés. En particulier les films Fujichrome se sont fait un nom grâce à une netteté et un grain remarquables ainsi qu’une bonne conservation et ont même détrôné, pour ces aspects, les Kodachromes.

Il n’est pas du tout difficile de numériser des diapositives en bonne qualité. Il suffit simplement respecter quelques particularités immanentes aux diapositives.

Étendue de densité

Les diapositives ont une échelle importante de densité qui dépasse le plus souvent ce qu’un scanner peut normalement saisir. L’échelle de densité, encore appelée échelle de contraste ou dynamique, décrit lors de la numérisation la gradation entre le point le plus sombre et le plus clair qu’un scanner peut différencier. Plus le scanner peut saisir de degrés, plus l’image sera riche en détails. Pour des diapositives en positif, cela signifie avant tout plus de détails, c’est-à-dire plus d’informations d’image dans les zones sombres. D’autre part, toute information située en dehors de la zone de densité que le scanner peut capturer, n’est pas numérisée et entraîne une perte d’information de l’image. C’est pourquoi il est très important de conserver la plus grande échelle de densité possible sur le scanner.

La Multi-Exposure (multi-exposition) a été développée afin de conserver le nombre le plus important d’informations lors de la numérisation. Lors de cette procédure, l’image va être éclairée avec deux intensités de luminosité différentes, afin de saisir une image optimale tant des zones sombres que des zones claires.

Résolution

La plupart des diapositives peuvent être aisément agrandies ; Les diapositives Fujichromes peuvent être particulièrement bien agrandies en raison de leur grande netteté. Lors de l’agrandissement des diapositives, la résolution doit être particulièrement haute. Pour un agrandissement par exemple de 800%, c’est-à-dire de la taille diapositive à une taille DIN-A4, une résolution huit fois plus grande est nécessaire. Si le périphérique de sortie atteint 300dpi, 2400dpi doivent être utilisés lors de la numérisation.

Conseil :
 Lors de la numérisation avec SilverFast, la plus haute résolution possible est une résolution interpolée. Dans la plupart des cas, presque toutes les informations de l’image originale auront été numérisées avec l’avant-dernière résolution de l’appareil, c’est-à-dire la plus haute résolution optique. Augmenter encore la résolution ensuite allonge la procédure de numérisation et agrandi les données de manière inutile, sans saisir d’informations supplémentaires.

Conseil :
 Avec le Mire de Résolution SilverFast (USAF 1951), vous pouvez déterminer la résolution individuelle de votre scanner.

Poussière, rayures et autres défauts de l’image

Au sujet de la poussière et des rayures, il n’y a en réalité pas grand chose à dire : on ne peut certes pas empêcher la poussière, mais ce n’est pas si grave. La plupart des scanners pouvant numériser des diapositives, disposent, en plus des capteurs habituels, d’un canal infrarouge supplémentaire qui est utilisé pour une suppression efficace de la poussière et des rayures. Dans les données prises avec le canal infrarouge, SilverFast peut reconnaître et corriger de manière fiable les défauts, grâce à la fonction iSRD. Cela nécessite certes pour certains scanners un passage de scanner supplémentaire, mais cela en vaut la peine. Le temps nécessaire pour la reconnaissance automatique et la correction est en comparation de la plupart des correction manuelles plus court.

Le matériel E6 des diapositives est parfaitement adapté pour ce type de corrections, de telle manière qu’il peut fonctionner de manière automatique et presque sans surveillance. À l’inverse des autres méthodes de correction, aucun floutage n’est appliqué sur l’intégralité de l’image lors de la correction par infrarouge, mais uniquement aux endroits où de la poussière et des rayures ont été reconnues. Ne sont donc corrigés que les endroits où cela est nécessaire tout en conservant la netteté de l’image.

Teintes et couleurs équilibrées

La résistance à la lumière évoquée permet que les couleurs s’estompent plus lentement, en comparaison des autres matériels. Mais ne vous laissez pas tromper, car les altérations dues au temps apparaissent également sur les diapositives après quelques décennies et la plupart des gens stockent ces films depuis aussi longtemps. Cela signifie que les couleurs passent et pour ce qui reste de couleur, certains teintes disparaissent car les différentes nuances réagissent différemment.

Afin de numériser vos diapositives avec de bonnes couleurs fraîches, débutez la numérisation par la retouche avec l’optimisation automatique des couleurs avec suppression de dominante de couleur (AutoCCR – optimisation automatique avec suppression de dominante de couleur). Commencez par sélectionner le point le plus clair et le point le plus sombre de l’image avant de corriger les dominantes de couleur sur l’image, ou bien individuellement chaque couleur. Choisissez ensuite l’outil adapté correspondant à la difficulté présente. Avec la pipette neutre, la restauration adaptative des couleurs ACR ou encore la correction adaptative et globale des couleurs, SilverFast propose un set complet d’outils pour les problèmes les plus courants. Un clic sur un point de l’image, qui était en réalité neutre sur l’original, et SilverFast corrige la dominante de couleur disponible. Avec jusque 4 points neutres, même les dominantes de couleur complexes ne sont plus un handicap insurmontable. La correction de couleur sélective (SCR) rend la correction postérieure de teintes colorées individuelles possible. Choisissez-la grâce à un clic sur la couleur correspondante. Vous pouvez alors changez le coloris, augmenter la saturation ou adapter la luminosité. Vous pourrez ainsi retrouver un ciel aussi bleu que sur l’original.

Conclusion

Les diapositives demeurent amusantes et appartiennent tout simplement à la photographie. Qui souhaite numériser des milliers de diapositives se réjouira des nombreuses fonctions automatiques de SilverFast, comme l’optimisation automatique AutoCCR ou la suppression automatique de la poussière et des rayures. En particulier pour les grosses archives, une automatisation est presque incontournable pour pouvoir numériser toutes les images dans un temps raisonnable. SilverFast est conçu pour cela et propose de nombreuses fonctions pour le traitement par lots.

Un conseil, et non des moindres, pour le scanner lui-même : Il existe des scanners de diapositives qui peuvent numériser plusieurs images en un passage, certains peuvent même traiter des plateaux à diapositives entiers. Plus la collection est grosse, plus l’achat d’un appareil adapté au traitement de masse apparaît nécessaire.

Si vous souhaitez utiliser un scanner de films ne pouvant pour l’instant numériser qu’une image, jetez un œil sur SilverFast HDR Studio. Si vous enregistrez vos images dans notre format de données brutes SilverFast, vous pourrez ensuite traiter les données numériques par étapes grâce à SilverFast HDR Studio et vous disposez ainsi d’un accès à toutes les données saisies lors de la numérisation. C’est ainsi que l’on numérise aujourd’hui !

Des packs à prix attractifs avec scanner et logiciel SilverFast sont disponibles dans notre boutique en ligne.